Un Eclipse sur mesure

Etant passé depuis un petit mois et demi sur un nouveau projet, j’ai eu la joie de devoir refaire un eclipse from scratch pour supporter maven + gwt. Rompu à l’exercice dans un ancien environnement jboss+Ivy, je me suis un peu cassé les dents pour obtenir un IDE stable.

Quelques rappels

Eclipse est un projet initié par IBM qui avait besoin de remplacer un IDE maison, Visual Age, pour passer à l’ère du java. Une de ses particularité est d’être basé sur un framework OSGI, Equinox.

Ce framework offre un cadre précis pour l’ajout de fonctionnalités sous forme de services (ou plugins), et le support de Java n’est qu’un service parmi d’autres. L’extensibilité est théoriquement infinie et il existe pléthore de plugins et de support de langages : C++, Scala, Javascript, XML, Ruby, Ceylon…
Eclipse est même souvent rebrandé par d’autres éditeurs dans leurs produits (Adobe, IBM pour Notes, etc).
Enfin le marketplace fourni dans les dernières versions d’Eclipse permet à tout développeur de rajouter en quelques clics le support des plugins nécessaires au projet.

Mais ce qui confère à Eclipse sa force est également sa faiblesse : avec des centaines de plugins disponibles, il est aisé d’obtenir au final une plateforme obèse, instable, bref inutilisable.
Et pour une équipe de développement, cela peut se chiffrer rapidement en perte de productivité, en frustration, et au final par une remise en cause des choix techniques (du vécu).

Quelques idées de bases

Pour éviter ces écueils, quelques idées de bases pour la suite de l’exercice :

  • La version Java IDE est la plus light et donc préférable.
  • Les versions 32 bits prennent moins de mémoire et sont toutes aussi rapides voir plus (en 64 bits, la mémoire cache du cpu sature plus vite)
  • Dans le choix des plugins à installer, ne prendre que le strict minimum. Tel éditeur fourni les modules core, testing, web workflow, android ? Si vous n’utiliser que les premiers, n’installer que ceux-là.
    Si jamais vous faites évoluer votre projet, vous aurez suffisamment de temps pour ajouter le nécessaire, et le cycle de release de votre IDE maison devrait suivre celui d’Eclipse, qui est assez rapide.
  • Le marketplace d’Eclipse proposant pour chaque feature un large choix des plugins spécifiques, vous vous retrouvez vite avec des plugins optionnels dont vous n’avez nul besoin. Preférez les required aux optionnels.
  • Utiliser des bétas testeurs dans vos équipes de développement, comme tous clients, ils n’apprécient pas les produits non finis.

Dans une seconde partie, je vous parlerais du fichier de paramétrage de la jvm, le fameux eclipse.ini.

Publicités